Fougita, l'étoffe d'un peintre

mais aussi d'un styliste, d'un créateur d'imprimés textile, d'un sculpteur, d'un scénographe....Ses outils retrouvés dans son atelier de Villiers-le Bâcle en témoignent. Vous pouvez d'ailleurs visiter sa dernière résidence et son atelier le week-end sur rendez-vous. C'est ici.
Dans le cadre de la commémoration des 50 ans de la disparition de Foujita, le Musée de la Toile de Jouy propose une exposition autour de la relation de Foujita au textile et à la mode. C'est jusqu'au 13/01/2019.
Car en plus d'être un grand peintre au trait précis et au blanc sensuel, cet artiste au style vestimentaire si juste, si élégant, avec une signature moderne, intégrant avec humour une relation pleinement confiante avec son corps, avait un rapport au vêtement et au textile indissociable de son oeuvre. Toute cette richesse de style surpassait le dandysme. 
Avant Picasso et Gaultier, dès les années vingt, il adopte la marinière après un séjour à Pont-Aven. En 1928, il collabora avec la maison Lesur et proposa des imprimés en s'inspirant de la tradition japonaise et des idéogrammes chinois. Il dessina également des costumes et des décors pour la scène, comme le ballet suédois de Rolf de Maré. En 1955, Maria Callas porte une des robes-kimonos créée par Foujita lorsqu'elle reprend le rôle de Madame Butterfly au Lyric Opéra de Chicago. Les tissus sont souvent présents dans ses tableaux en composant des  décors. Il a notamment utilisé la Toile de Jouy pour le "Nu couché à la Toile de Jouy" où Kiki de Monstparnasse prend la pose en 1922.


Foujita portait souvent des kimonos et tsutsugakis
Ce dernier apparaissait dans plusieurs de ses tableaux.
Costume d'Eros pour le ballet suédois de Rolf de Maré.
Sa boîte à couture dont il avait peint le couvercle.
Tous les vêtements, des casquettes au pantalons ont été cousus par Foujita. 
Les vareuses sont inspirées des pêcheurs de bretagne.
"Nu couché à la Toile de Jouy" où Kiki de Monstparnasse prend la pose en 1922.
Et je vous conseille ce livre qui est un "bijou"! Le journaliste Georges Félix Grosjean raconte sa grande amitié avec Foujita au travers de correspondances et de souvenirs.

Commentaires

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Articles les plus consultés